Écrivaines juives de langue française

Introduction par Nelly Wolf et Maxime Decout

 

     Si les relations entre littérature et judéité ont fait l’objet de plusieurs travaux récents, il existe un élément déterminant de cette écriture qui semble, au moins dans le domaine francophone, largement sous-estimé : la féminité. Parmi les œuvres marquantes qui partagent la caractéristique d’entretenir et d’exposer un lien avec la judéité des auteurs, beaucoup ont en effet été écrites par des femmes. Qu’on pense seulement à Irène Némirovsky, Anna Langfus, ou, plus récemment, Hélène Cixous, Lydia Flem, Cécile Wajsbrot, Régine Robin, Esther Orner, Valérie Zenatti, et tant d’autres. Le fait d’être écrivaine et juive n’est certes pas nécessairement déterminant dans les œuvres (qu’on pense aux exemples d’Elsa Triolet, Nathalie Sarraute, ou même Colette Fellous) ; il n’en reste pas moins nécessaire de s’interroger sur les phénomènes littéraires qui apparaissent à l’intersection de la judéité et de la féminité,  sur la manière dont ces deux éléments peuvent entrer en ligne de compte et sur la façon dont ils s’inscrivent dans des formes, des discours ou des postures littéraires. En effet, à une judéité souvent vécue comme différence, s’ajoute une condition de femme qui est elle aussi vécue comme différence. Quelle place ces œuvres accordent-elles alors au fait d’être une femme juive ? Comment envisagent-elles les liens entre judéité et féminité ?
Ce numéro se propose d’ouvrir le dossier. Les études rassemblées ici mettent en lumière quatre générations d’écrivaines juives. Deux (Frenkel et Vallentin) sont nées à la fin du XIXe siècle ; une (Langfus) dans l’entre-deux-guerres ; trois (Cixous, Robin, Orner) juste avant la Seconde Guerre mondiale, et deux autres (Wajsbrot, Brunswic) peu après cette même guerre. Des parcours variés qui témoignent des évolutions à la fois de la condition féminine et de la condition juive dans le monde littéraire francophone. Antonina Vallentin, polygraphe et polyglotte, déploie une activité littéraire polymorphe : autobiographie, critique d’art et critique littéraire, édition, traduction. Françoise Frenkel, qui dirige la première libraire francophone de Berlin, publie un seul livre de son vivant. Régine Robin et Hélène Cixous sont à la fois universitaires et écrivaines.
La Shoah est le fil conducteur qui relie toutes ces écrivaines. Si elle les rassemble, elle les différencie également, instaurant entre elles une ligne de partage à la fois générationnelle et énonciative. On distingue ainsi une génération des témoins parmi lesquelles Anna Langfus tient une place éminente en composant une œuvre dédiée au récit du génocide. Vient ensuite la génération de celles qui étaient enfants pendant la guerre (Régine Robin, Hélène Cixous, Esther Orner dont ce numéro publie un inédit), puis la génération des descendantes (Anne Brunswic, Cécile Wajsbrot).
À cette diversité des autrices répond la diversité des approches qui leur sont ici consacrées : analyse historique, discursive, poétique. Bien d’autres perspectives restent donc à creuser puisque ce premier numéro n’entend qu’ouvrir un vaste champ de recherche. Outre la question de la représentation des femmes juives dans les œuvres, il conviendrait de penser l’activité littéraire des écrivaines juives comme une modalité qui participe de la construction ou de la déconstruction des identités. Traversé par les inégalités propres aux sociétés contemporaines, le monde juif secrète en effet lui aussi ses propres phénomènes de domination. Ces situations affectent la carrière d’écrivaines qui, comme Némirovsky, affrontent une double difficulté à trouver leur place dans un canon majoritairement non juif et masculin. En tant que femme et que survivante, Anna Langfus a de son côté suscité nombre de critiques stéréotypées qui sont révélatrices de ces rapports de domination. C’est d’ailleurs pourquoi la littérature chez les écrivaines juives peut aussi se situer à l’intersection de plusieurs luttes, en faveur de la judéité, de la féminité et de diverses « minorités ». Hélène Cixous relie par exemple explicitement son combat pour les femmes à sa judéité, en particulier dans Vivre l’orange où elle prend la défense des Iraniennes et évoque « la question des juifs. La question des femmes. La question des juifemmes ». Gisèle Halimi tend, au contraire, à dissocier, notamment dans son autobiographie, Le Lait de l’oranger, sa judéité de son engagement en faveur des femmes.

     La rubrique varia propose de son côté une étude comparative de la surfiction de Raymond Federman et de l’autofiction de Serge Doubrosky.

 

Nelly Wolf, Université de Lille
Maxime Decout, Sorbonne Université

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search