Présentation du club

L’étude des rapports entre littérature et judéité dans l’espace francophone a jusqu’à présent privilégié un petit nombre d’écrivains : Proust, Perec, Modiano, Gary, ou, dans une moindre mesure, Schwarz-Bart, Doubrovsky, Cixous. De ce fait, beaucoup d’auteurs dont la connaissance permettrait d’approfondir cette problématique sont laissés dans l’ombre.

La recherche universitaire et journalistique a contribué à exhumer quelques-uns d’entre eux, comme Némirovsky, ou plus récemment Anna Langfus, Piotr Rawicz, à propos desquels des thèses, des ouvrages, articles et colloques commencent à apparaître. Cependant, une grande partie du terrain est encore en friche.

On se propose donc, dans ce club, d’accueillir des écrivains juifs oubliés, méconnus, négligés et de mener l’enquête à leur sujet.

On bute évidemment d’entrée sur l’écueil de la définition. Qu’est-ce qu’un écrivain juif ? Proposons à minima de retenir les écrivains qui ont une origine juive et qui d’une manière ou d’une autre (par la thématique de leur œuvre, par le biais d’une polémique, à travers un mode d’apparition ou de présentation), à un moment ou à un autre, se sont identifiés ou ont été identifiés comme juifs dans le champ littéraire.

Deuxième écueil définitionnel : qu’est-ce qu’un écrivain juif oublié ? Pour certains, il s’agit d’écrivains oubliés ou méconnus ; pour d’autres, d’écrivains reconnus, disposant d’une légitimité symbolique dans le champ littéraire, mais dont le lien à la judéité n’est pas interrogé dans l’analyse de leur œuvre, parce que cette judéité, quoique notoire (voir ci-dessus), a été négligée par le monde des lettres, ou, sinon dissimulée, du moins désinvestie par les auteurs eux-mêmes. Évidemment, les critères peuvent se croiser, et il existe des écrivains oubliés en tant qu’écrivains et méconnus en tant que juifs.

Les cas de figure sont donc extrêmement variés. Un écrivain comme Tristan Bernard (1866-1947) jouissait d’une notoriété assez grande à son époque. Il est aujourd’hui à peu près oublié, sauf pour quelques bons mots. La thématique juive semble quasiment absente de son œuvre, bien qu’elle y soit sans doute présente de manière cryptée. Un autre exemple est celui de Roger Ikor, prix Goncourt 1955 pour un roman racontant la vie d’une famille juive émigrée de Lituanie en France au XXe siècle, et qui connut à l’époque un succès important. Pourquoi ne pas évoquer également, dans un tout autre ordre d’idée, Joseph Kessel, dont le succès public et la notoriété médiatique ne se sont jamais démentis, mais dont l’œuvre est très peu étudiée à l’université, alors qu’elle mériterait d’être explorée, notamment sous l’angle de ses rapports éventuels avec la judéité de l’auteur ? Se pose aussi la question des auteurs « communautaires », tels Manès Sperber, Arnold Mandel, à propos desquels il faut interroger les mécanismes qui précisément conduisent l’institution littéraire à reléguer de tels écrivains dans les littératures mineures vouées à un oubli précoce.