Parutions

Consacrée à l’actualité des publications, cette rubrique signale les ouvrages qui explorent les rapports entre littérature et judéité dans l’espace francophone, qu’il s’agisse d’essais, d’ouvrages collectifs, de revues ou de textes littéraires.

 

 

2021

Alan Astro, Autour du yiddish de Paris à Buenos Aires, Paris, Classiques Garnier, coll. Littérature, histoire, politique, 2021

préface d’Henri Raczymow

sous la responsabilité éditoriale de Catherine Coquio

 

L’ouvrage se penche sur des œuvres littéraires en yiddish produites en France et en Amérique latine, avant, durant et après la Shoah et nous fait entendre des échos de cette langue juive chez des écrivains d’expression française et espagnole.

 

Valentina Litvan et Claire Placial (dir.), Traces et ratures de la mémoire juive dans le récit contemporain Peter Lang, 2021

Ce volume collectif propose une étude comparative sur les traces de la judéité dans la littérature contemporaine. La question initiale est d’explorer en quoi le récit littéraire peut continuer à transmettre une mémoire juive et de quelle mémoire il s’agit. En effet, il interroge la place d’une mémoire juive qui tout en étant historique et collective s’exprime dans les différentes écritures comme étant ancestrale et transmise de multiples façons, notamment à travers l’intertextualité et les livres.

Bien qu’il s’agisse de proposer des lectures de textes littéraires, les approches sont donc interdisciplinaires : on y trouve autant de la sociologie littéraire que de l’histoire littéraire, de la traduction ou encore de la philosophie politique.

 

 

 

 

2020

F. Louwagie, Témoignage et littérature d’après Auschwitz

Fransiska Louwagie,Témoignage et littérature d’après Auschwitz, Rodopi/Brill, collection “Faux Titre”, 2020

Dans Témoignage et littérature d’après Auschwitz, Fransiska Louwagie offre des études critiques provenant de deux centres de gravité de la littérature de la Shoah et des camps nazis : les œuvres des témoins-survivants et celles des générations suivantes. Le livre explore les œuvres d’écrivains majeurs et parfois moins connus, comme celles de Robert Antelme, André Schwarz-Bart, Piotr Rawicz, Jorge Semprun et Imre Kertész, d’une part, et celles de Georges Perec, Raymond Federman, Gérard Wajcman, Henri Raczymow et Michel Kichka, de l’autre. En consacrant à chaque auteur une étude critique approfondie, Fransiska Louwagie fait pleinement droit à l’individualité des œuvres, tout en dégageant des perspectives transversales sur les questions éthiques et esthétiques qui sous-tendent le témoignage et la littérature d’après Auschwitz.

 

 

Contourner le vide : écriture et judéité(s) après la Shoah

Francesca Dainese et Elena Quaglia (dir.), Contourner le vide : écriture et judéité(s) après la Shoah, Florence, Giuntina, 2020

Ce volume étudie la présence d’écritures juives dans le vide laissé par l’extermination, un vide qui est à la fois contourné et amplifié par celles-ci. La question qui se pose est justement s’il existe une judéité, ou des judéités, qui continuent à s’exprimer par des voies littéraires et quel est leur rapport avec une tradition en mal de transmission. L’on pourrait parler d’une littérature qui se fait avec le « sans », avec l’absence, le manque, mais qui renouvelle sans cesse ses interrogations, ses doutes, ses remords, son émotion. C’est une littérature qui « contourne l’identité », c’està- dire qu’elle lui donne, a  la fois, une forme courbe et compliquée (en la créant, en la travaillant, en la dessinant, en la déformant) et la détourne par artifice, en percevant, dans l’essence même des contours qu’on essaie de lui donner, des enfermements dangereux. Jabès, Cohen, Doubrovsky, Perec, Modiano, Grumberg, Cixous, Weitzmann, Levi, Bassani : tous ces auteurs explorent les contours flous de cette identité problématique. Les contributeurs du volume, spécialistes des écritures de la judéité, ont essayé d’en explorer et d’en révéler les facettes cachées.
Ce livre a été conçu à partir d’une Journée d’études qui a eu lieu à l’Université de Vérone le 2 février 2017. Il représente le couronnement d’une série de réflexions mûries lors des séances du séminaire doctoral “L’Alphabet de la Shoah”. Memoria e narrazione qui se tient à l’Université de Vérone depuis septembre 2014, organisé par Rosanna Gorris Camos, Professeur de Littérature française à l’Université de Vérone, et par les deux directrices du volume.

 

 

The Betrayal of the Duchess

Maurice Samuels, The Betrayal of the Duchess: The Scandal That Unmade the Bourbon Monarchy and Made France Modern, New York, Basic Books, 2020

Maurice Samuels mène dans ce livre une enquête étonnante et passionnante sur une affaire souvent méconnue, qui a entraîné la chute des Bourbons et qui pourrait bien être une véritable répétition générale pour l’antisémitisme, quelques soixante ans avant l’affaire Dreyfus.

En 1832, alors que la famille royale française est en exil, chassée par une nouvelle révolution, la duchesse de Berry – qui est la mère de l’héritière du trône, âgée de onze ans – complote pour restaurer la dynastie des Bourbons. Mais elle est trahie par son plus proche conseiller, Simon Deutz qui est le fils du Grand Rabbin de France. Une tempête de haine contre les Juifs déferle en France. En blâmant un peuple entier pour les actions d’un seul homme, les partisans de la duchesse fixent les conditions dans lesquelles se déploiera l’antisémitisme pour le siècle qui suivra.

Maurice Samuels est professeur à l’Université de Yale. Il est entre autres l’auteur de L’Invention de la littérature juive en France (Hermann, 2017) et The Right to Difference: French Universalism and the Jews (University of Chicago Press, 2016).

 

2019

Couverture du livre

Régine Robin, Ces lampes qu’on a oublié d’éteindre, Boréal, 2019

La Parisienne autant que l’historienne se penche sur les romans de Patrick Modiano, la sociologue autant que la piétonne traverse l’œuvre en parcourant comme autant de rues et de passages les leitmotivs et les obsessions de l’auteur de Rue des Boutiques obscures et de Dora Bruder. L’Occupation fantasmée, l’identité problématique, l’écriture de l’errance, le démêlé entre la mémoire qu’on tente de retenir et l’oubli qu’on essaye de combattre. Nulle autre que Régine Robin n’était plus à même de saisir et d’analyser la manière modianesque, cette petite musique jouée entre malentendus et ambiguïtés, dérives et arpentages, êtres flottants et zones neutres.

 

 

Revues

 

2020

https://www.tandfonline.com/doi/cover-img/10.1080/rdap21.v034.i02

Motherhood and the Holocaust”, The Journal of Holocaust Research, vol 34, issue 2, (2020), Helena Duffy (dir.).